Este post também está disponível em: pt-brPortuguês

Par Andressa Santa Cruz, couverture collaborative de la Marche des femmes indigènes

Des centaines de femmes indigènes ont occupé aujourd’hui à Brasilia le bâtiment du Secrétariat Spécial à La Santé Indigène (SESAI), pour manifester contre le démantèlement du système de santé indigène et exiger le départ immédiat de la coordinatrice Silvia Nobre Wajãpi. Cette dernière a refusé de rencontrer les dirigeants et a quitté le bâtiment. sous les huées. “Silvia ne représente pas la majorité des femmes indigènes. Nous sommes venues ici dialoguer et n’avons pas été accueillies. Vous voyez la contradiction”, déclare Celia Xakriaba.

Depuis que Silvia Nobre a été nommée en avril par le gouvernement actuel, les politiques de santé indigène se sont affaiblies. Le retard dans le transfert des fonds, le démantèlement du programme Plus de Médecins (Mais Médicos) et de l’équipe de gestion ont eu un impact sur les villages dès le premier mois, c’est alors que des peuples de tout le pays ont commencé à se mobiliser contre cette détérioration.

En juillet, 115 personnes indigènes ont campé devant le bâtiment du SESAI (Brasilia) et ne sont parties qu’après deux semaines, le 22 juillet, lors d’une réunion tenue par le bureau du Ministère Public fédéral et la Fondation Nationale de l’Indien (Funai), où le ministère de la Santé et le SESAI ont signé un Accord d’Ajustement de Conduite (TAC), s’engageant ainsi à répondre aux demandes.

A voir ici l’heure d’entrée dans le bâtiment:

Selon Nyg Kaigang, venant de la région Sud du Brésil, l’un des objectifs est le renouvellement de l’organisme. «Nous allons lutter afin d’assurer un soin de santé spécifique basé sur l’alignement des connaissances de la médecine traditionnelle et sur notre façon de penser la guérison de notre corps. “